Droit à l'Oublie : Les Européens accusent les réseaux sociaux

Droit à l'Oubli : Faites vous aider par Forget.me

Divers
Typographie
  • Très Petit Petit Moyen Grand Très Grand
  • Par Défaut Helvetica Segoe Georgia Times

Comme vous le savez peut être déjà, les citoyens résident dans un pays membre de l'Union Européenne ont le droit de demander la suppression des données inexactes, obsolètes ou erronées qui sont utilisés par les moteurs de recherche dans les résultats de recherche portant sur leurs nom. A noter que la source même des données n'est pas supprimées, Le moteur de recherche ne fait qu'un retrait des résultats de recherche. Et aussi que les personnalités dite « publique » ne peuvent faire ce genre de demande de suppression de par leur caractère, justement publique.

Comment ne pas parler de Google quand on parle de Droit à l'Oubli ? Le moteur de recherche a bataillé bec et ongle contre cette loi, ce qui n'est pas étonnant vu que le business de Google c'est de collecter le maximum d'information sur tout le monde et afficher des publicités ciblées utilisant comme contexte ces mêmes informations. Vous ne saviez pas ? Bah voilà c'est fait. Le gratuit de Google n'est pas vraiment gratuit. Comme partout d'ailleurs.

En dépit de sa ferme opposition à cette loi, Google résiste toujours à se soumettre aux demandes de retrait d'URL provenant de son moteur de recherche Google.com comme le voudrait la Commission Européenne. Seules les demandes concernant les nom de domaines Européens de Google, exemple Google.fr, Google.pl, Google.de, etc... sont traitées.

Droits, Europe, Vie Privées 

Les démêlés de Google avec la justice Européenne et le droit à l'oubli font les choux gras de société de gestion de la réputation comme Reputation VIP, une société Française basée à Lyon qui a ouvert au mois de Juin 2014 dernier un site internet : Forget.me qui aide les internautes à justifier leurs demande de suppression auprès des moteurs de recherche Google et Bing grâce à des textes rédigés par ses soins. A noter que les services de Forget.me sont totalement gratuit. Si si ça l'est vraiment ! Du moins pendant la phase de lancement comme stipulé dans leurs FAQ. Lisez aussi leurs CGS ici.

Cette même société a livrée des statistiques relatives aux demandes des internautes, justement au moment même où cette loi du Droit à l'Oubli fête ses 1 an. Quelle coïncidence !!! Selon ces données environs 61500 demandes de suppression d'URL ont été soumises à Google depuis l'ouverture de Forget.me le 24 Juin 2014.

Durant les 3 premiers mois du service, les statistiques montrent que Google a reçu en moyenne 1500 demandes par jour. En comparaison, durant les 3 derniers mois, ce taux est redescendu à 500 demandes par jours, soit environ 180 000 demandes par an.

 

Google a renforcé les moyens mis en œuvre pour justement traiter ces demandes de suppression. Ainsi le délai moyen qu'une demande soit traité passe de 56 jours au mois de Juin 2014 dernier à 16 jours depuis le mois de Mars 2015. A noter que ce nombre fluctue d'un mois à l'autre. De l'aveu même d'Eric Schmidt, pdg de Google : automatiser le traitement de ces demandes est quasiment impossible.

Google a publié des détails sur la comment il traite les demandes en Aout dernier mais, et il y a un mais, aucun détail sur le contenu de ces demandes ou encore le type d'information que veulent faire supprimer les internautes. Un petit geste a pourtant été fait par contre avec son Rapport de Transparence. Mais difficile de quantifié quoique ce soit avec cela car ce rapport ne donne que le nombre de total de demande, décliné par Pays.

Google est toujours réticent à donner des détails sur la catégorie des demande de suppression mais on dispose de donnée grâce aux requêtes soumises via le service Forget.me.

 

La catégorie qui prédomine le plus c'est l'Atteinte à la vie privée, tel que le fait de lister dans les résultats de recherche des adresses privées, l'appartenance religieuse ou politique, tout cela sans le consentement de l'intéressé. La seconde catégorie sur le podium c'est l'Atteinte à l'image.

Type de demande

 

Le droit à l'oubli ne fait pas que des heureux cependant. La plupart des critiques se sont concentrées sur la peur que des individus ayant commis des actes criminels demandent à ce que leurs méfaits ne soient plus listé dans le résultat des moteurs de recherche. Néanmoins ces données (les stats) suggèrent que cette critique, au final, se méprend sur le bien fondé de cette loi car les demandes de ce type ne représentent que 3,1% des URL supprimées selon les données de Reputation VIP.

 

Les médias aussi se sont offusqués de cette loi. La critiquant vertement d'atteinte à la liberté de la presse et à la liberté d'expression. Encore une fois, cette critique n'est pas vraiment fondé si l'on en croit les statistiques de Reputation VIP. Le droit à l'oubli s'exerce principalement par des personnes privées dont le quotidien ne fait pas les choux gras de la presse même si des détails ont été posté sur les réseaux sociaux comme Facebook.

Même le fondateur de Wikimedia, l'organisation derrière Wikipedia ; l'encyclopédie en ligne, a critiqué cette loi du droit à l'oubli, indiquant qu'elle porterait atteinte même à la mission de son organisation. Là encore, selon les statistiques, les demandes de suppression de lien en relation avec Wikipedia ne représente que 0,2% ou quelques 57 URL.

Type de Site

En terme de refus par Google suite à une demande de suppression, les statistiques montrent que la raison principale du refus d'une demande de suppression concerne les données relatives à l'activité professionnelle d'une personne comme le montre le tableau ci dessous.

Type Refus

 

Soumettez vos demandes de suppression :

 

 [Mise à jour - 02/09/2017]

Réputation VIP a publié le détails de l’étude, ses résultats et ses conclusions agrémenté d’une infographie qui résume le tout. Consultez-le pour vous en faire une idée.

PARTAGEZ CET ARTICLE

Commentaires (0)

Noté 0 sur 5 sur la base de 0 votes
Aucun commentaire pour le moment.
Soyez le premier à réagir.
Abonnez-vous à notre Newsletter gratuite pour ne rien manquer de l'actualité numérique.

Sondage Express

Le 3 Décembre sort la PS1 Classic, cela vaut il le coup de l'acheter ?

Oui, Carrément - 0%
Non, Trop chère - 0%
Peut-être - 0%

Nombre Total de Votes: 0
Les votes pour ce sondage sont terminé! le: décembre 31, 2018